INFOSCULPT.FR

actualité Jea

Infosculpt.fr accueille aujourd'hui et temporairemnt le site internet de notre consœure et amie
Caroline Lee

Si vous souhaitez prendre connaissance
Et avec indulgence évidement
de ce site en cours d'éllabaration

CLIQUEZ-ICI

n-Boris ANASTASSIEVITCH

Jean-Boris Anastassiévitch est décédé le 25 aout 2007

Intelligent camarade et confrère estimé
nous tenons aujourd'hui à lui rendre hommage.
Voici un florilège d’images recueillies à la hâte,
photos d'œuvres, photos d'atelier, coupures de presse,
pour retracer sa carrière d'artiste.
Emotions pour ses amis, découverte pour les autres,
voici l'oeuvre d'une vie.

Sandrine et Benoit Coignard

Si vous souhaitez entrer en contact avec sa compagne, Simone Anastassiévitch,
Veuillez nous adresser un mail.
Nous ferons suivre.

Les images et les textes sont extraits du récent catalogue
initié par d'autres de ses amis - Françoise et Jean-Pierre Marquer - et réalisé généreusement par William Nocus.
Qu'ils soient tout trois vivement remerciés.

_________________________________________

ÉLOGE FUNÈBRE

_________________________________________

Qui n’a jamais créé ne connaît rien de la force et de la confiance qu’il faut avoir en soi pour confronter l’audace d’une œuvre au regard des autres. Boris Anastassiévitch était de ces artistes démiurges qui réinventèrent l’esthétique du vingtième siècle en explorant l’inexploré. Élève en 1947 du sculpteur Ossip Zadkine dont il s’imprégna avant de s’en affranchir, il arborait la fière certitude de celui qui sent naître en lui des formes nouvelles et justes. De Lyon à Paris, de Paris à Belgrade en quête de ses racines, puis de retour en France, de Paris jusqu’à Dreux où il partagea nos vies, il fut un acteur de la comédie humaine tant il aimait la compagnie des autres. Il y tailla la langue avec humour et intelligence, de calembour en calembour, de même que voltigeaient entre ses mains les tôles dans l’espace pour tracer «la danse de sa pensée créatrice», de celle qui pourrait se condenser en un mot : l’élégance.

Ils sont nombreux Boris, les critiques qui ont salué ton talent. Mais les éloges de tes paires te seront les plus chères. Le Syndicat national des sculpteurs, par la volonté de son secrétaire général, Christian Dessane, tient à te rendre publiquement hommage au nom de la profession, en saluant en toi à la fois l’artiste sincère et exigeant, et le camarade enjoué qui partagea nos combats. Mais c’est notre estimée consœur américaine, Caroline Lee, qui témoigne le mieux de notre admiration confraternelle, à travers cet éloge qu’elle te fait parvenir.

«Boris Anastassévitch a été un sculpteur au caractère bien trempé. J’ai gardé de lui le vif souvenir d’une personnalité si bien découpée, qu’elle communiquait la même incisivité que ses sculptures. Son oeuvre porte une exigence qui a forcé l’admiration. L’oeuvre et l’homme avaient une telle fierté. Dans les expositions auxquelles il participait, je cherchais toujours a voir son dernier effort. Il y avait quelque chose d’exemplaire dans son travail qui assure sa place, et dans ma mémoire, et dans celles de beaucoup d’autres artistes. Mes pensées vont à Simone, sa femme, pour laquelle cette perte est inestimable. Que la beauté que ses sculptures ont su capter lui vienne en réconfort, car Boris nous a vraiment laissé quelque chose !»

Qui n’a jamais créer ne connaît rien du doute de l’artiste dans la solitude de son atelier. Boris et Simone, vous êtes de ces couples d’artistes qui ont su développer par la force de leur amour, ce regard premier sur l’œuvre de l’autre, qui, par un sensible dosage de confiance et d’exigence, permet à chacun de naître à soi-même. Au moment où la mort vous sépare, je veux vous dire, à toi Boris qui part, à toi Simone qui reste, l’exemple que représente pour nous, vos 57 ans de bonheur et de création.

____________________________________________

Vos éloges sont les bienvenues

adressez-nous vos textes par courriel

Sandrine et Benoit Coignard